Depuis 2013, Philippe Pelaez, un enseignant en anglais et en cinéma, s’est lancé dans la bande dessinée avec un certain succès. Il a exploré différents genres dont la science-fiction, l’anticipation, l’histoire, le drame et la comédie policière avec ce premier album « Un peu de tarte aux épinards » paru aux Editions Casterman.

Marie-Madeleine a huit enfants et elle essaie de les élever en vendant ses tartes aux épinards (produit très local venu de son jardin) sur le marché du village, sans aucun succès… jusqu’au jour où un livreur DHL lui apporte un colis contenant des herbes venant de Somalie. Sans y prendre garde, Marie-Madeleine détourne de la marchandise provenant d’un gang international de trafiquants de drogue. Mais les herbes lui apportent le succès : ses tartes saupoudrées de cette substance se révèlent être addictives et les affaires marchent de mieux en mieux.

Mais Marie-Madeleine est rapidement rattrapée par les hommes de main de ce gang qui aimerait récupérer sa marchandise mal livrée. Le dessin de Javier Sanchez Casado apporte l’excellent dynamisme aux dialogues déjà très visuels de Pelaez.

« Bon baisers de Machy » est une très bonne mise en bouche dont on attend avec toute l’addiction qu’il se doit la suite des épisodes de cette famille haute en couleur.

Couverture de la bande dessinée « Un peu de tarte aux épinards – 1. Bons baisers de Machy » de Casado et Pelaez – ©Casterman
Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone