Revivre l’épopée d’une discothèque unique à Bruxelles, celle du Mirano Continental, c’est s’immerger dans l’atmosphère des années 80 avec sa révolution musicale, visuelle, artistique. C’est explorer ses avant-gardes, ses défis sociétaux, son imaginaire créatif.

C’est aussi interroger une durée de vie exceptionnelle et comprendre pourquoi une certaine culture du monde de la nuit, inaugurée par le Mirano, résonne encore, inspirant l’époque actuelle.

Mais comment une bande de jeunes bruxellois, bien décidés à concrétiser un rêve commun, sont-ils parvenus à relever un tel pari ?

Thomas Purcaro Decaro et Luc Jabon donnent la parole aux protagonistes de 1981, à ceux qui sont passés du Canotier pour rêver le Mirano. Riches de nombreuses archives et d’extraits musicaux, le film vous entraîne dans l’incroyable histoire de ce lieu mythique de la petite commune bruxelloise, Saint-Josse-ten-Noode, qui a fait vibrer toute la faune nocturne bruxelloise et d’ailleurs à la fin du siècle dernier.

La rareté de l’offre et la créativité de l’équipe en place ont permis de donner à ce lieu un espace unique en son genre et mythique pour plusieurs générations. Il fut de théâtre de libertés de genre, de folies innovantes tant technologiques que décoratives et musicales. Est-ce encore possible aujourd’hui lorsqu’une offre musicale infinie existe sur Spotify et autres iTunes ? Est-ce encore possible de créer un lieu similaire à l’heure des réseaux sociaux ? On en doute ! Et pourtant, la covid et les crises climatiques donnent à notre décennie un relent des années 80… Peut-être qu’un revival est possible. Be positive.

Quoiqu’il en soit, c’est avec une énorme frustration que j’ai vu le générique de fin apparaître ! A quand le suite ? Au terme des 76 minutes de ce documentaire, j’attends le deuxième épisode, le mien, celui des années 90. J’attends avec impatience le troisième épisode, celui de ma participation au Mirano avec les soirées Dirty, la naissance de Mister Emma, le premier show de Stromae. La productrice le dit dans son communiqué de presse : « Très vite on s’est rendu compte qu’un seul documentaire ne suffirait pas à raconter 40 ans de vie nocturne du Mirano Continental et que les années 80, fondatrice de la particularité créative de ce lieu allaient à elles seule constituer le récit du film. » C’est dommage de s’être limité à cette période de création car les autres sont, pour moi, tout aussi riches et, à l ‘heure de Netflix, un projet ambitieux sur trois films de 52 minutes aurait pu être envisagé. J’espère que l’équipe de production et leurs soutiens financiers seront d’accord avec moi et que l’année prochaine, nous pourrons vivre la suite de l’aventure car de bout en bout – et pas seulement les années 80 – le Mirano a fait bouger les lignes.

Ne boudez pas votre plaisir, découvrez l’incroyable parcours du « Studio 54 belge ». Le film est d’une grande qualité par sa richesse des archives, par ses entretiens exceptionnels très bien filmés et parfaitement mis-en-scène. Le scénario vous tient en haleine, vous émerveille et vous donne envie de connaître cette belle époque de liberté et de création.

Fiche technique
Titre : Mirano 80
Réalisation : Thomas Purcaro Decaro, Luc Jabon
Genre : Documentaire
Sortie : 11 septembre 2021
Durée : 1h16

Affiche du documentaire « Mirano 80, l’espace d’un rêve » de Thomas Purcaro Decaro et Luc Jabon
Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email