Le photographe Christophe Vootz expose 50 portraits d’artistes au Château du Karrevelt du 5 au 16 mars 2016. Parmi les portraits vous retrouverez notamment Claudia Cardinale, Philippe Torreton, Nicole Croisille, Michel Aumont, Viktor Lazlo, Helena Noguerra, Sam Touzani, Natacha Régnier, Thomas Gunzig, Gerald Watelet, Pierre Deladonchamps, Caroline Loeb, Marianne Basler, Guesch Patti, Elvis Pompilio, Charlie Dupont, Zidani Sandra ou encore votre serviteur.

L’exposition s’intitule « 50 portraits de Bruxelles à Paris et vice versa » , doit-on y voir une allusion aux récents attentats qui ont secoué la Capitale française ?

Effectivement, un travail photo qui relie Bruxelles et Paris et qui s’expose à Molenbeek en cette période donne le droit de se poser des questions. Même si c’est le hasard du calendrier (l’exposition est prévue depuis mars dernier), je suis en fait assez heureux de pouvoir, au travers de cet événement, relier Bruxelles et en particulier Molenbeek à Paris avec autre chose que les attentats terroritses. Montrer de manière élégante, positive et créative que Bruxelles peut être autre chose qu’un « trou à rat » (cnf Mr Trump). Mon travail a pour but de mettre en lumière 50 personnalités du monde culturel belge et français au travers d’un regard particulier, le mien et aussi celui des modèles. Le regard est une grande thématique de ce travail photo. Pour célébrer le vernissage plusieurs personnalités se déplacent de Paris et de Bruxellles naturellement pour y participer : Nicole Croisille, Viktor Lazlo, Natacha Régnier, Zidani et bien d’autres pour venir dans le très beau décor du château du Karreveld et son écrin de verdure : il y a pire comme « trou à rat » tout de même ! Le regard : Voir, montrer à voir autrement Bruxelles.

Avant d’aller plus loin dans mes questions sur ton travail, j’aimerai savoir pourquoi tu as changé de nom ! Vootz, ça vient d’où ?

Quand j’utilise le nom Vootz avec mes amis français, italiens, anglophones, etc .. ils me disent tous la même chose : ah enfin on sait le prononcer, c’est plus simple, on le retient aisément, l’othographe est facile… et seule les belges me disent pourquoi tu changes ???? Mon nom original est composé de 10 lettres dont presque la moitié ne se prononcent pas, en trois syllabes … C’est embêtant quand les gens vous rencontrent et ne savent pas vous appeler parce qu’ils ne savent pas lire voire même retenir votre nom. J’ai juste gardé le dernier son proposé par les 3 syllabes. Donc du changement pour de la simplicité. Ce n’est pas aisé d’atteindre la simplicité : la preuve, on me pose ce genre de question !!

Être portraitiste n’est pas une nouveauté dans ta carrière, je dirais même que tu as commencé par là, non ?

Parce que dans la vie, il faut se débrouiller pour mettre en application ce qu’on fait de mieux. Chez moi : c’est faire des portraits. Ça fait longtemps que j’en fais, oui. Déjà à l’école de photo (Saint Luc Liège), c’était ma matière de prédilection. Ça fait plus de 20 ans. Regarder les autres et en rendre un projection, comprendre le rythme d’un visage, la signification d’une marque ou d’une brillance me donne l’impression de faire quelque chose de grand et ce, au service de la beauté. Les portraits qui montrent le misérabilisme ont sûrement un intérêt mais qui reste caché pour moi. Qu’il s’agisse de photographier un visage connu ou pas, le challenge reste le même. Seules les caractéristiques des difficultés changent. Dans le travail « 50 portraits de Bruxelles à Paris et vice versa », il y a beaucoup de visages connus. J’aime la mise en abîme que cela propose : faire une image de visages qui sont déjà des images.

christophe-vootz-philippe-torreton

J’ai cité en tête d’article de nombreux noms que l’on retrouvera à l’exposition et je me demandais comment tu avais fait ce choix. Et puis, il y a Mister Emma, moi donc ! Je suis le seul issu du net. Les people de l’Internet ont-ils la même fascination que peuvent avoir ceux du cinéma à tes yeux ? Que regardes-tu sur le Net ? Suis-tu des Youtubers ?

Ce qui m’intéresse chez Mister Emma dans le cadre de mes portraits c’est le côté historique de cette mouvance actuelle. Mister Emma est à la source de ce phénomène en Belgique. Il fallait du flaire et un certains regard (on y revient…). Pour le reste des Youtubers… c’est quelques chose qui me touchent moins probablement pour son aspect adolescent (comme quelque chose qui se cherche, superficiel et boutonneux), peut-être suis-je déjà trop vieux pour y être sensible. Dans ma galerie de portraits, il y a des gens qui ont pas loin de 60 ans de carrières !! L’acnée juvénile a bien eu le temps de disparaître pour laisser la place à un travail qui force l’admiration. Mais il y aussi de jeunes pousses qui n’ont pas encore fleuri ou sont en train de le faire, des gens sur qui je parie comme la toute jeune Lou Bohringer (soeure de Romane) ou encore Alexis Michalik, jeune auteur. Si un Youtuber par son travail influence le paysage culturel au-delà du phénomène de mode, oui ça m’intéresse de le rencontrer. J’aime bien Gui-Home. Il me faire rire et je me demande comment il va évoluer. C’est un Youtuber lui, non ?

Pas vraiment mais ce n’est pas grave ! Nous serons là le vendredi 4 mars dès 18h pour le vernissage de l’exposition.

50 portraits de Bruxelles à Paris et vice versa
Christophe Vootz
Château du Karreveld
3 avenue Jean de la Hoese. 1080 Bruxelles
Métro : ligne 1, 2, 5, 6
Tram : 82 / Bus : 20, 49
Du 5 au 16 mars 2016, de 11 à 18h
Entrée gratuite

christophe-vootz-viktor-lazlo

Viktor Lazlo – ©Christophe Vootz – Photo presse


Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email