Accrochez-vous car Philippe Foerster vous entraîne dans une aventure à l’humour noir qui ne passera peut-être pas auprès de vous tous.

L’histoire se déroule dans le monde de l’éternel repos. Les ayant-étés vivent dans des immeubles aux formes de visages de pierre dignes de l’île de Pâques. Dans ce monde sombre et lugubre, un narrateur au visage difforme vous emmène pour un voyage anecdotique aux frontières des idées et de l’existentialisme. On y croise Nietzsche qui parle comme Zarathoustra, Dante pas vraiment divinement comique et tout un tas d’autres créatures dans ces chroniques décalées et profondément philosophicomiques.

Comme dit plus haut, même si le dessin est formidable, le propos de Foerster n’est pas toujours accessible et pourrait bien vous dérouter… ou vous captiver !

Couverture de la bande dessinée « Un air de gravité » de Foerster
Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email