Alors que toute le secteur culturel, à l’agonie, pleure l’arrêt des événements, des salons, des fêtes, des soirées, la fermeture brutale des théâtres, des cinémas, etc, le Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles fête fièrement ses 20 ans ! Nouvelle image, nouveau nom (« Cinemamed »), cette édition propose une riche programmation 100% online via la plateforme SOONER du 26 novembre au 05 décembre 2020.

Pour un pure player comme moi, je n’y vois aucun inconvénient; au contraire, rien que du positif et du partage de culture même en cette période de confinement.

26 longs métrages de fiction et documentaires, et 13 courts métrages jalonneront cette édition inédite. Ils nous feront voyager à travers la Méditerranée, de l’Espagne à la Turquie, en passant par la Palestine et la Serbie. Une palette de films aux récits engagés, audacieux et touchants. 

« Ces liens qui nous unissent« , une thématique à la fois intime et universelle s’est imposée dans la sélection. Tour à tour, les films programmés mettent en exergue l’importance des relations humaines, qu’elles soient familiales, amoureuses ou tissées lors de rencontres fortuites. « C’est aussi l’occasion de souligner l’extraordinaire capacité qu’a le cinéma méditerranéen à nous rassembler autour de récits universels, emprunts d’humanité et d’espoir » souligne Aurélie Losseau, l’une des coordinatrices du Cinemamed.

Ces liens qui nous unissent, c’est le regard d’une mère aimante (Valeria Golino) dans le très surprenant « Fortuna« , de Nicolangelo Gelormini; c’est l’amour de Mustafa et sa femme Salwa qui vivent respectivement en Palestine et en Israël, séparés par un mur, dans « 200 Meters » de Ameen Nayfeh; c’est aussi l’espoir et la lumière qui se dégagent de « Mica » de Ismaël Ferroukhi, dans lequel Mica, un jeune enfant marocain des quartiers pauvres est encouragé par Sophia, ancienne championne de tennis, à se dépasser et à rêver d’impossible.

Ces films, et beaucoup d’autres, démontrent que le lien est moteur d’engagement : agir pour et avec les autres ! 

Agir pour et avec les autres, c’est un peu ce qu’a voulu faire le festival, à travers le film d’ouverture, « Tailor« , de  Sonia Liza Kenterman : un joyeux film grec, co-production belge, dont la poésie et le caractère solaire feront du bien à chacun.e. Il sera exceptionnellement proposé au tarif de 2€ au cours de la soirée du 26 novembre. Les recettes de l’ouverture seront reversées à deux associations qui viennent en aide aux travailleur.ses du milieu culturel en situation de précarité suite à l’arrêt complet du secteur : “Feed the culture” et le “Fonds sparadrap”.

Vous l’aurez compris, pour sa 20ème édition hors normes, le Cinemamed se réinvente. C’est pourquoi, pour la première fois, les 13 films de la section court métrages concourront pour le Prix du Jury Jeune et le Prix du Public.

Infos pratiques :
20ème édition du Cinemamed
Dates : du 26/11 au 05/12/20
Tarif : 2€ film d’ouverture // 6€ fictions // 4€ documentaires // 1€ courts métrages)
Programme complet disponible sur www.cinemamed.be

Et ce n’est pas tout ! De nombreux bonus viendront tissés des liens avec vous sur le site du festival et sur ses réseaux sociaux :

  • Discussion live : envie d’échanger en direct avec un réalisateur ? Le Cinemamed organisera des débats live durant lesquels ils répondront à vos questions ! Roland Nurier, réalisateur du documentaire « Le char et l’olivier, une autre histoire de la Palestine » se pliera  notamment à l’exercice.
  • Cartes blanches : le Cinemamed a demandé à plusieurs réalisateurs de lui livrer une carte blanche. Présentation, note d’intention, contextualisation… une manière originale pour le réalisateur d’accompagner la vision de son film.
  • Interviews : le festival est allé à la rencontre de réalisateurs. Retrouvez les interviews qu’il a menées pour aller un peu plus loin sur les films de la programmation.  
  • Musique : le Cinemamed ne serait pas ce qu’il est sans la musique ! Habituellement, concerts et soirées viennent compléter l’expérience. Il aurait été impensable d’en priver le public. Neta Elkayam et Amit Haï Cohen, les protagonistes du documentaire « Dans tes yeux, je vois mon pays » proposeront un moment musical inédit en ligne et partageront pour l’occasion leur héritage musical judéo-marocain. 
  • Contes : parce que le Cinemamed s’adresse aussi aux enfants et que leur faire plaisir nous réjouit, le Théâtre de la Parole a enregistré deux contes méditerranéens pour accompagner les films à voir en famille. À écouter encore et encore !
  • Recettes Med : parce que la Méditerranée est aussi synonyme de saveurs parfumées, les associations habituellement présentes sur le Marché Med livreront quelques-unes de leurs recettes avec leurs petits secrets de fabrication. Nathalie Masset, sommelière du thé, glissera ses conseils thés. Fatima Maher de l’asbl Héritage de femmes livrera quant à elle ses meilleures recettes pour rendre votre expérience encore plus inédite !
Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email