ll semble bien évident que l’industrie cinématographique vit des moments très compliqués. La culture est l’enfant oublié de la pandémie de la Covid-19 et pourtant certain.e.s prennent des mesures pour assurer une survie de leurs productions sans attendre une quelconque aide public. Mais si mettre un masque pour aller voir un film dans une salle où 1 siège sur trois aura été retiré semble être du bon sens, cela ne signifie pas pourtant que cette mesure résolve un problème de manière pérenne. Il y a toujours une complexité dans un problème qu’il faut prendre en compte et la solution demande toujours une innovation, une créativité , une intelligence pour sortir du cadre et imaginer un futur. Le bon sens est une solution qui va de soi, elle ferme toute discussion et tout débat qui pourraient amener des échanges bien plus constructifs qu’une mesure prise dans le sens d’une pensée simple et évidente.

Roland Barthes dans « Mythologies » disait « La guerre contre l’intelligence se mène toujours au nom du bon sens« . N’ayons donc jamais peur de la confrontation et du dialogue pour nourrir un propos, une pensée et trouver une solution complexe qui réponde à un problème énoncé car une personne qui apporte une solution de bon sens dénoncera d’abord une élite pour, ensuite, imposer son idée.

LES CHEVAUX DE DIEU de Nabil Ayouch (Un Certain Regard – 2012)

Maroc, début des années ‘90. Yacine vit pauvrement, mais dans l’insouciance, dans les bidonvilles de Casablanca. Sa mère, Yemma, dirige comme elle peut toute la famille. Un père dépressif, un frère à l’armée, un autre presque autiste et un troisième, Hamid, petit caïd du quartier et protecteur de Yacine. Quand Hamid est emprisonné, Yacine enchaîne les petits boulots. Pour les sortir de ce marasme où règnent violence, misère et drogue, Hamid, une fois libéré et devenu islamiste radical pendant son incarcération, persuade Yacine et ses copains de rejoindre leurs « frères ».

Le film a reçu le Prix Spécial du Jury au FIFFF en 2012.

MIA MADRE de Nanni Moretti (Competition officielle / Prix du Jury Œcuménique – 2015)

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé: sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable…Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email