Boris Golzio est un auteur et un illustrateur diplômés des Beaux-Arts d’Angoulême et des Arts Décoratifs de Strasbourg. Il a un parcours singulier car après avoir publié sous le nom Walter un « guide du sexe », il a lancé la série « Les Postiers » avec Christian Godard sous le pseudonyme Du Vigan et, maintenant, sous le nom de Boris Golzio, il s’intéresse à Francine R pour une chronique émouvante d’une résistante et déportée française.

Francine R. est arrêtée avec sa sœur par la Gestapo à Pouilly-sous-Charlieu, dans la Loire, le 6 avril 1944, pour des faits de résistance de leur frère Joannès. De là, elles partiront dans un convoi de femmes puis elles seront séparées. Lors d’un entretien avec l’auteur, elle raconte sa vie au camp de travail, les frappes, les humiliations, les morts, le travail forcé, les rires, les espoirs et les désespoirs. Cette matière était là depuis plusieurs années. Boris Golzio a décidé d’en faire un roman graphique poignant, référencé, détaillé, documenté. Il a désiré garder les paroles de Francine R. avec ses hésitations, des tics de langage, ses répétitions, ses tremblements. La lecture n’est pas fluide mais elle est vraie.

A l’heure où l’Europe basculera encore plus dans l’extrémisme en 2019 (et je ne suis pas pessimiste mais réaliste), « Chroniques de Francine R., résistante et déportée » est un document important pour se rappeler que l’horreur peut vite nous rattraper.

Couverture de la bande dessinée « Chroniques de Francine R., résistante et déportée » de Boris Golzio – ©Glénat
Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone