Dans la mégapole tentaculaire de Lagos, au Nigéria, Adedola est ce que l’on appelle un « Area Boy » : ces petits voyous des quartiers pauvres prêts à vous trouer la peau pour quelques dollars américains. Son quotidien ultra-violent ne connait de répit que lorsqu’il rend visite à son grand-père, avec qui il partage son amour pour la musique de Fela Kuti, le chantre de l’Afro Beat. Ensemble, ils discutent pendant des heures de la vie du « Black President » et son combat, aussi bien musical que politique, pour le destin du peuple nigerian africain. Mais le jour où son grand-père meurt, Adedola bascule dans une spirale autodestructrice. On le prétend possédé, prêt à être exorcisé par un pasteur dans l’une de ces cérémonies où l’on fait ingurgiter de l’acide aux jeunes pour les purifier… Atrocement brulé, Adedola est finalement laissé pour mort dans l’une des immenses décharges de la ville. Mais dans les limbes, il entend retentir le saxophone de son idole… Visité par l’esprit de Fela, Adedola retrouvera la vie mais pas comme un zombie : prêt à reprendre la lutte où son maître l’a laissée !

La scénariste Loulou Dedola nous plonge dans un thriller urbain rythmé par la transe lancinante de l’Afro Beat et par l’évocation d’un des plus grands artistes du 20ème siècle en Afrique, Fela Kuti.

Le dessin de Luca Ferrara est coloré, rythmé, énergique. Il casse les codes de la case pour nous emporter dans l’univers hallucinogène de ses personnages et dans les rythmes effrénés de la vie dissolue de Adedola.

« Fela Back to Lagos » de Luca Ferrara et Loulou Dedola (Glénat)
Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone