Pionnier de la vidéo sur le web en Belgique, Mister Emma se filme en compagnie de ses amis people en format selfie. Depuis 2003, le site misteremma.com a vécu plusieurs vies afin de suivre l’évolution du web comme l’apparition des réseaux sociaux, des smartphones, de Youtube, des applications, etc. Après avoir été un site de vidéos et un site d’information culture-tendance-people, Emma vous présente aujourd’hui ses chroniques personnelles et plus photographiques.

Envie que Mister Emma vienne à votre événement et en parle sur son site ? redaction@misteremma.com

Email Twitter Facebook Instagram Youtube

CINEMA : 50 ans de cinéma belge (francophone)

La photo de famille est à la hauteur de l’événement, la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique fête 50 ans de cinéma belge… il faudrait plutôt écrire belge francophone, et il serait encore plus précis d’écrire que la Fédération Wallonie-Bruxelles fête 50 ans d’aides à la production cinématographique.

La première personne à qui il faut rendre hommage, déclarera Frédéric Sojcher, cinéaste, professeur et directeur du Master « scénario, réalisation, production » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbone, au parterre de journalistes er de professionnels réunis ce matin en conférence de presse, est Jean-Claude Batz (producteur des films d’André Delvaux), qui au début des années 60 organisa un colloque international sur le cinéma belge, dont il ressortit l’idée de créer des commissions du film, du côté flamand (1965) et du côté francophone (1967). Jean-Claude Batz fut également l’un des fondateurs de la célèbre école INSAS.

Depuis le 22 juin 1967, date de l’arrêté royal instaurant la Commission de Sélection des Films, chargée d’apporter son soutien à la production cinématographique belge francophone, pas moins de 1638 films – 315 longs métrages, 704 courts métrages, 563 documentaires et 56 films lab – ont été soutenus.

Fêter le cinéma, c’est fêter ses réalisateurs mais c’est aussi reconnaître le travail de nombreuses personnalités travaillant dans l’ombre comme Henry Ingberg, Emile Cantillon, Gérard Legros, Micheline Créteur, Christiane Dano et Serge Meurant.
Dans son allocution, Frédéric Sojcher n’a pas manqué de souligner le travail des critiques de cinéma comme Paul Davay (La Libre Belgique), Pierre Thonon (UCG), Hadelin Trinon (professeur à l’INSAS), Jean-Michel Vlaminckx (Cinergie), etc.

Mais comment fête-t-on 50 ans de cinéma ? Par une grande fête entre professionnels pour s’auto-congratuler ? Non, répondra Jeanne Brunfaut, la Directrice générale adjointe du Service général de l’Audiovisuel et des Médias.
Le Centre du Cinéma a, dans un premier temps, sélectionné une série de 50 films (20 longs métrages (fiction et animation), 15 courts métrages (fiction et animation), 15 documentaires) qui selon divers critères représentent le cinéma belge. Ces critères ne sont pas seulement le succès en salle ou le succès dans des festivals de catégorie A mais aussi leur singularité car le cinéma belge est (re)connu pour sa dimension identitaire.

Choisir, c’est renoncer ! Alors en partant de cette sélection, les organisateurs ont demandé à leurs partenaires diffuseurs de s’emparer de cette liste et de concocter un programme durant toute l’année à venir.

Le premier événement se déroulera à Bruxelles, à Flagey, où sera projeté le film Les Barons de Nabil Ben Yadir. Ce sera le 15 juin 2017.

Il serait impossible de lister l’ensemble des films et des événements ici. Je reviendrai régulièrement sur la programmation dans des articles séparés mais, avant tout, retenez cet url 50cinquante.be, c’est celui où vous retrouverez toutes les infos utiles pour fêter le cinéma belge en 2017-2018.


Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Post a Comment

SECURITE *