Tish, dix-neuf ans, est amoureuse de Fonny, un jeune sculpteur noir de 22 ans. Elle est enceinte et ils sont bien décidés à se marier. Mais Fonny, accusé d’avoir violé une jeune Porto-Ricaine, est jeté en prison. Aidée par sa famille, la femme afro-américaine cherche à laver le nom de son mari mais la tâche est rude : l’Amérique n’est pas encore prête à considérer sa population noire de la même manière que les blancs. (l’est-elle aujourd’hui malgré un double mandait d’un Président noir ? J’en doute fortement)

Le policier qui l’accuse du viol est terriblement épris d’un sentiment de vengeance à l’encontre de Fonny. Pour une bêtise mais il restera sur ses positions. Quant à la victime, elle disparaîtra dans un autre pays pour refaire sa vie laissant le pauvre Fonny et sa jeune famille sans ressource pour laver son honneur.

Basé sur le roman éponyme de James Baldwin, le thème est hyper actuel et intéressant mais le traitement est contemplatif, long et vide. Dommage.

Fiche technique
Titre : If Beale Street Could Talk (Si Beale Street pouvait parler)
Réalisateur : Barry Jenkins
Avec : Kiki Layne, Stephan James, Regina King, Teyonah Parris, Dave Franco
Pays d’origine : États-Unis
Date de sortie : 30/01/2019 (France) – 13/02/2019 (Belgique)
Genre : Drame
Durée : 1h57

Affiche du fim « If Beale Street Could Talk » (Si Beale Street pouvait parler) de Barry Jenkins

Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone