« Les Misérables » est le film sensation de la 72ème édition du Festival de Cannes. Il fut présenté le mercredi 19 juin 2019 en avant-première au Sofilm Summercamp à Nantes, une excellente occasion pour rencontrer l’équipe 5 étoiles du premier long métrage de Ladj Ly.

Sans vouloir diminuer le talent du réalisateur, on sent dans son film toute la force du collectif Kourtrajmé dont il fait partie depuis 20 ans. Créé par Kim Chapiron, Toumani Sangaré et Romain Gavras, l’association a produit principalement des courts métrages et compte aujourd’hui 135 membres. Elle vient d’ouvrir une école à Clichy-Montfermeil, à l’initiative de Ladj Ly justement. La banlieue parisienne est la marque de fabrique de Kourtrajmé, c’est là où vit Ladj Ly et c’est là où se déroule l’histoire de son premier film.

Le film démarre sur la victoire des bleus à la coupe du monde. La foule est en liesse sur les Champs Elysées. Black, blanc, beur, tout le monde est au 7ème ciel et ensemble pour fêter la deuxième étoile de l’équipe de France. C’est à ce moment que Stéphane (Damien Bonnard), tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité (la BAC) de Montfermeil, dans le 9.3. Il va faire équipe avec Chris (Alexis Manenti) et Gwada (Djebril Didier Zonga), deux policiers aux méthodes peu conventionnelles mais qui ont fait leurs preuves dans la cité où ils sont connus et respectés par les différentes communautés.

Le film suit une journée de ces policiers, leur quotidien. Le leur mais aussi et surtout celle des habitants. Pratiquement sans prendre parti pour les uns ou pour les autres, Ladj Ly donne la parole aux deux.
Cette journée ne va pas se dérouler comme prévue. Un gamin vole un lionceau dans un cirque. Les trois policiers vont devoir le retrouver avant que les gitans ne mettent le feu à la cité. Lors de l’interpellation du jeune voleur, les événements tournent mal, il se prend une balle de flashball dans le visage. La scène est filmée par un drone. Si Chris pense qu’il faut absolument retrouver la vidéo avant qu’elle ne soit publiée sur le net, Stéphane pense qu’il faut d’abord s’occuper de l’état du gamin.

Ladj Ly dénonce les bavures policières et on ne peut que comparer ces dernières avec les centaines de blessés lors des manifestations des gilets jaunes. Mais peut-on encore parler de bavure tant les faits en France sont systémiques et donc pas occasionnels comme le sous-entend le terme employé ?

Ladj Ly dénonce avec convictions un permis de violence octroyer par les autorités politiques. Les gardiens de la paix sont devenus les forces de l’ordre. Il est persuadé que les microbes (entendez les gamins des cités) finiront par se soulever si le politique reste sourd à cette misère.

Mais qui sont les misérables ? Pour le réalisateur, ce sont aussi bien les habitants que les policiers. Avec une écriture fine et brillante, il nous montre la violence raciale, physique, sexiste, verbale, homophobe. Il nous montre – même s’il pense que la femme a « une » place dans son film – un monde qui appartient aux hommes.
Il y a un regard poétique sur le double langage de la cité entre les mots souvent violents et les regards et les gestes non verbaux.

Ladj Ly est allé puiser dans ses souvenirs de gamins de la cité pour écrire ce film. Le gamin au drone, c’est lui. « Les Misérables » fut un court métrage, il est devenu un film primé à Cannes, il deviendra un triptyque dont le second volet devrait se concentrer sur le personnage du Maire.

« Les Misérables » est un claque. Fera-t-il date dans le cinéma et dans la société français lors de sa sortie en salle ? Ou l’oubliera-t-on le lendemain de sa vision (comme bien d’autres claques) ? L’avenir nous le dira mais une chose est certaine, Emmanuel Macron ferait bien de ressortir de la poubelle le rapport sur les banlieues de Jean-Louis Borloo de juin 2018…

Affiche du film « Les Misérables » de Ladj Ly

Fiche technique
Titre : Les Misérables
Réalisation : Ladj Ly
Avec : Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga, Jeanne Balibar
Pays : France
Genre : Drame, Policier
Date de sortie : Inconnu (Belgique) – 20/11/2019 (France)
Durée : 1h42
Sélection : Compétition officielle – Festival de Cannes 2019 (Prix du Jury) – Sofilm Summercamp 2019

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email