Il y a des soirées vernissages qui passent et d’autres qui restent gravées dans la mémoire. Celle de ce vendredi 4 mars 2016 en est une.

Tout a démarré une journée de l’automne 2014. Je me promenais sur la rue Antoine Dansaert au centre de Bruxelles lorsque j’ai rencontré le photographe Christophe Vootz.

– Bonjour !
– Eh, ça va ?

Christophe et moi nous nous connaissons depuis de nombreuses années. Il fut un temps où j’avais produit son premier court-métrage Femme à la coiffeuse, puis je l’ai retrouvé sous les traits de Happy Rock’n Roll et les Happy Girls, sorte de groupe improbable entre musique et performances artistiques colorées.

– Dis, j’ai un projet photographique. J’aimerai réaliser le portrait de 50 artistes belges et français et j’aimerai que tu sois l’un deux. Ça te dit ?

Le projet était lancé. Un an plus tard, Christophe m’a donné rendez-vous dans son studio pour faire cette prise de vue qui a donné le portrait qui est aujourd’hui exposé au Château du Karreveld à Molenbeek. Molenbeek, un nom qui a une signification toute particulière car entre l’envie de faire ce projet et le vernissage du 4 mars 2016, il y a eu les attentats de Paris du vendredi 13 novembre 2015. J’avais 46 ans ce jour-là.

Effectivement, un travail photo qui relie Bruxelles et Paris et qui s’expose à Molenbeek en cette période donne le droit de se poser des questions. Même si c’est le hasard du calendrier (l’exposition est prévue depuis mars dernier), je suis en fait assez heureux de pouvoir, au travers de cet événement, relier Bruxelles et en particulier Molenbeek à Paris avec autre chose que les attentats terroritses. Montrer de manière élégante, positive et créative que Bruxelles peut être autre chose qu’un « trou à rat » (cnf Mr Trump).

Il est 20h lorsque Fadila Laanan, Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois, chargée de la Culture; Françoise Schepmans, Députée et Bourgmestre de la commune de Molenbeek-Saint-Jean; et Christophe Vootz prennent la parole devant les caméras de la l’émission de la RTBF, C’est du Belge !. L’animateur du programme, Gérald Wathelet, est doublement présent. Il est là pour réaliser un sujet sur l’exposition mais il est aussi une des 50 personnalités à être accrochées aux murs de la magnifique salle recouverte de belles briques espagnoles datant du 12ème siècle.

mister-emma-christophe-vootz

Mister Emma à l’exposition de Christophe Vootz – ©misteremma.com

Parmi les personnalités présentes au vernissage, vous pouviez trouver Viktor Lazlo, Zidani, Alexandre Styker et Nicole Croisille. Il est 22h30 lorsque tout ce beau monde se retrouve au Zebrano, toujours à Molenbeek, pour fêter la réussite de l’exposition. Viktor Lazlo, assise à côté de Gérald Wathelet et heureuse de cette rencontre, la Bourgmestre est ravie de dîner avec Nicole Croisille qui, elle, est affamée. Elle a peu mangé durant sa journée, elle rêve d’un délicieux wok de légumes et aimerait que les commandes se passent plus rapidement mais 20 personnes qui arrivent au compte goûte, ça prend du temps…

Pour ma part, je fais connaissance avec Alexandre, jeune comédien parisien dont l’actualité fut la rediffusion du film Belinda et moi dans lequel il joue le rôle d’un transexuel au côté de Line Renaud sur France 3 le 16 janvier 2016 à 22h55. Il sera également le personnage principal d’un livre de photos de Roberto Laureri intitulé Narciso (sortie prévue le 15 avril 2016 au Editions LEA). Le photographe a suivi le comédien durant un an dans différents théâtres italiens. Le livre est complété par des textes de Claudia Cardinale, Valéria Bruni Tedeschi, Marie Eléonore Espargillière, Arthur Dreyfus, Julien Cendres, Olivier Steiner,Antonin Veyrac-Rozenholc. Il se prépare enfin à la réalisation de son premier court-métrage : une histoire sexuelle honteuse dont il a été victime. Alexandre n’a pas voulu m’en dire plus… affaire à suivre.

 

Christophe propose de nous emmener Chez Maman. Je téléphone à Maman pour lui annoncer notre arrivée, nous passons par l’hôtel Amigo pour y déposer Viktor Lazlo, croisons Francis Cabrel dans le hall de l’hôtel, et nous voici au premier étage du célèbre cabaret transformiste bruxellois. Maman, grande fan de Nicole Croisille, est ravie de la présence de la vedette française en ses murs. Nicole, quant à elle, est admirative des prestations d’Edna. Elle lui demandera même ses coordonnées… seconde affaire à suivre.

maman-nicole-croisille

Maman – Nicole Croisille – ©misteremma.com

Voilà comment ce vernissage restera dans les mémoires de nombreux protagonistes. Il est trois heures du matin. Nicole Croisille veut encore faire la fête mais nous n’en pouvons plus. On rentre !


Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email