Michel Picolli s’est éteint à l’âge de 94 ans des suite d’un accident vasculaire cérébral. Le décès est survenu le 12 mai mais c’est aujourd’hui que les médias ont appris la nouvelle. Il était l’un des derniers monstres sacrés du cinéma français. Il aura tourné avec les plus grands réalisateurs (Jean Renoir, Alain Resnais, Agnès Varda, Jacques Demy, Alain Cavalier, Michel Deville, Claude Sautet, Claude Chabrol, Louis Malle, Jacques Doillon, Léos Carax, Bertrand Blier, Luis Buñuel, Costa-Gavras, Marco Ferreri, Alfred Hitchcock, Ettore Scola, Manoel de Oliveira, Nanni Moretti et bien d’autres).

On se souvient de son rôle au côté de Gérard Depardieu, Yves Montant et Stéphane Audran dans “Vincent, François, Paul et les Autres” de Claude Sautet en 1974. Le réalisateur lui offrira également la scène culte où il regarde la nuque de Romy Schneider en lui disant « j’te regarde » lorsqu’elle lui demande ce qu’il fait dans « Les choses de la vie » (1970). Enfin, je citerais ses répliques avec Brigtte Bardot dans “Le Mépris” de Jean-Luc Godard en 1963.

En 1973, Il est présent au Festival de Cannes pour défendre avec ferveur le très controversé « La Grande Bouffe » (La grande abbuffata) de Marco Ferreri. En 1980, il y reçoit le prix d’interprétation pour son rôle dans « Le saut dans le vide » de Maco Bellocchio. Deux ans plus tard, il est honoré d’un Ours d’argent du meilleur acteur pour « Une étrange affaire » de Pierre Granier-Deferre. Il fut nominé par 4 fois au César et par 2 fois au Molière sans jamais recevoir la statuette.

Habitué du Festival de Cannes, il accepte d’être membre du jury de la compétition officielle en 2007 sous la présidence de Stephen Frears. Il y fera sa dernière apparition pour venir défendre « Habemus Papam » de Nanni Moretti en 2011.

La 73ème édition ayant été reportée en raison de la pandémie de la Covid-19, la plateforme lumiereseries.com vous propose 2 films durant la quinzaine du festival, deux films cannois du catalogue de la société de distribution Cinéart.

LE RUBAN BLANC (Palme d’Or 2009) un film de Michael Haneke

Un village protestant de l’Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914).
L’histoire d’enfants et d’adolescents d’une chorale dirigée par l’instituteur du village et celle de leurs familles : le baron,
le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans… D’étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d’un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?

Lire notre article

MA VIE DE COURGETTE (Animation / Quinzaine des Réalisateurs 2016) un film de Claude Barras

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email