Tout démarre par des lieux abandonnés. Un homme que l’on découvre nous parle des extractions de pétrole et de sa vie. Est-ce un protagoniste lambda ou un acteur ? Il y a du Jim Jarmusch dans la réalisation de Giorgio Ferrero et Federico Biasin.

Chaque jour dans notre mode de consommation obsessionnelle, nous accumulons des objets qui commencent leur parcours de production dans un site industriel. Qui sont les moines dans des temples d’acier et de béton qui, quotidiennement, sont à la base de la création, du transport, de la commercialisation et de la destruction de ces objets ?

Entre deux tirades de notre ouvrier, les réalisateurs jouent avec la nature et l’architecture des objets pour nous offrir des clips musicaux d’un grande splendeur.

Le documentaire est composé de 4 chapitres : après « Petroleum », vous découvrez « Cargo », « Measure » et « Waste ».

Pour ma part, je cataloguerais « Beautiful Things » dans la catégorie films de musées ou d’expositions tant tout est mise-en-scène, interprétés et structurés. C’est un objet filmique.

Affiche du documentaire « Beautiful Things » de Giorgio Ferrero et Federico Biasin – Berlinale

Fiche technique
Titre : Beautiful Things
Réalisation : Giorgio Ferrero, Federico Biasin
Pays : Italie
Genre : Documentaire
Date de sortie : 2018 – présenté au Festival Millenium le 26 mars 2019
Durée : 1h36

Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone