Ce week-end à Venise fut riche en scandales… plus qu’en émotions cinématographiques.

Tout a démarré avec une inscription sur tee-shirt : « Weinstein is innocent » pouvait-on y lire. Le vêtement était porté par un réalisateur méconnu italien du nom de Luciano Silighini Garagnani. Alors qu’il était sur le tapis rouge du film Suspiria de Luca Guadagnino, il a ouvert sa veste afin que tous les photographes présents captent le slogan qui fera le tour du monde.

Les film est un remake du chef d’œuvre baroque éponyme de Dario Argento. Le réalisateur de Call Me by Your Name déroute les festivaliers avec un résultat qu’il est loin de faire l’unanimité. Notons que le casting est majoritairement féminin, un fait que le réalisateur français Jacques Audiard (Un prophète, Dheepan) devrait apprécier. Ce dernier présentait son premier film américain (The Sisters Brothers / Les Frères Sisters) ce dimanche 2 septembre 2018. En conférence de presse, il a dénoncé l’absence de femmes à la tête des festivals de cinéma, critiquant également la sous-représentation féminine cette année dans la sélection de la Mostra. #ambiance

Pendant que les hommes s’emparent du mouvement #MeToo à leur manière, les femmes quant à elles continuent à faire rêver. Tapis rouge rime avec glamour grâce à la présence de Bruna Marquezine, la jolie Brésilienne est la compagne de Neymar. Mais Tapis rouge rime aussi avec accidents de lingerie lorsqu’une invitée décide de tourner sur elle-même en robe fendue dévoilant ainsi sa petite culotte.

Venice + @jaegerlecoultre = ❤️ #JaegerLeCoultre #JLCandCinema

Une publication partagée par Bruna Marquezine ♡ (@brumarquezine) le

Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone