Pionnier de la vidéo sur le web en Belgique, Mister Emma se filme en compagnie de ses amis people en format selfie. Depuis 2003, le site misteremma.com a vécu plusieurs vies afin de suivre l’évolution du web comme l’apparition des réseaux sociaux, des smartphones, de Youtube, des applications, etc. Après avoir été un site de vidéos et un site d’information culture-tendance-people, Emma vous présente aujourd’hui ses chroniques personnelles et plus photographiques.

Envie que Mister Emma vienne à votre événement et en parle sur son site ? redaction@misteremma.com

Email Twitter Facebook Instagram Youtube

SOLAR BIKE : De Holbrook à Winslow, Arizona

Homolovi State Park – Winslow, Arizona – ©misteremma.com

ENGLISH TRANSLATION HEREUNDER

Voilà 42 jours que notre aventure a démarré. J’ai de plus en plus l’impression de vivre dans l’émission de télé-réalité : les humeurs, les goûts musicaux, l’humour, les tics, les angoisses, les passions, les névroses, l’intimité, tout est vécu en communauté.

Au contraire des candidats de télé-réalité, nous ne sommes pas enfermés dans une maison, nous nous connaissions avant l’aventure, nous pouvons téléphoner à nos proches, nous pouvons nous enfuir si nécessaire pour se retrouver seul et pourtant, la vie en communauté reste une sorte de Loft story où nous sommes chacun dépendant des autres pour que l’aventure se passe le mieux possible.

Ce n’est pas tous les jours évident. Certains traits de caractère passent mieux que d’autres, certains événements sont plus compliqués que d’autres et, comme à la télé, les rires, les bons moments et les disputent se succèdent au gré des jours et des humeurs de chacun. C’est en vivant une telle aventure que l’on comprend mieux le génie du concept de la télé-réalité. C’est inévitable qu’il y ait des rapprochements, des accros, des coups de gueule et des fous rires.

Dans « Solar Bike 66« , personne ne sera éliminé au terme de l’aventure, il n’en restera pas qu’un le 25 novembre à notre arrivée à Los Angeles. Au contraire. Nous formons un groupe uni dont le seul but est de mener Michel sur la ligne d’arrivée et, comme pour les candidats de télé-réalité, nous nous retrouverons probablement dans 5 ans et nous nous remémorerons les moments incroyables que nous aurons vécu tous ensemble avec une grande fierté et autant de passion qu’aujourd’hui.

Notre caméra est beaucoup plus intrusive que dans Loft Story car elle est visible. Michel porte un micro à tout moment, les femmes sont épiées par notre Tascam. Nous les filmons au restaurant, en train de faire du shopping, dans leurs chambres d’hôtel, …

L’intimité de Laure et Michel fut mise à rude épreuve sur le route qui nous a mené jusqu’à Winslow en Arizona. Afin de compléter le portrait que nous dressons, nous avions décidé de questionner les héros de notre documentaire sur leur vie, leur passions, leurs souvenirs d’enfance, etc. Ce double entretien fut mené dans la voiture pour Laure et à l’hôtel pour Michel. Nous avons choisi la voiture car nous pensions que, absorbée par la route, Laure pourrait mieux oublier la caméra et l’action de l’interview. En ce qui concerne Michel, l’entretien s’est déroulé entre lui et moi, uniquement de manière sonore. Le but, ici, était de compléter ce que nous avions déjà de lui face caméra et de pouvoir ajuster, compléter par sa voix en off sur les images de lui sur son vélo solaire.
Certains moments ne furent pas évident tant pour moi que pour eux car l’intimité reste l’intimité et est parfois difficile à poser et à exprimer.

Ruins – Homolovi State Park – Winslow, Arizona – Around A.D. 1330, a group of people arrived from the Hopi Mesas drawn by the lush flood plain of the Little Colorado River – ©misteremma.com

Kiva – Kiva means cellar or underground house. Men are primary users of kivas, women and children have access during certain ceremonies and seasons – Homolovi State Park – Winslow, Arizona – ©misteremma.com

ENGLISH TRANSLATION

It’s been 42 days since our adventure started. I feel more and more like living in a Reality TV show : the moods, the musical tastes, the humor, the tics, the anxieties, the passions, the neuroses, the intimacy, all is lived in community.

Unlike reality TV candidates, we are not locked in a house, we knew each other before the adventure, we can call our loved ones, we can escape if necessary to be alone and yet, life in community remains a kind of Loft Story where we are dependIng on each other so that the adventure goes as well as possible.

It’s not obvious every day. Some personality traits are easier than others, some events are more complicated than others and, as on TV, laughter, good times and argue succeed each other according to the days and moods of each one. It is by living such an adventure that we better understand the genius of the concept of reality TV. It’s inevitable that there are similarities, addicts, rants and laughter.

In « Solar Bike 66 », no one will be eliminated at the end of the adventure, there will not be one left on November 25 when we arrive in Los Angeles. On the contrary. We are a united group whose sole purpose is to lead Michel to the finish line and, as for the reality TV candidates, we will probably meet again in 5 years and we will remember the incredible moments that we will have lived together with great pride and passion as today.

Our camera is much more intrusive than in Loft Story because it is visible. Michel wears a microphone at any time, women are watched by our Tascam. We film them at the restaurant, doing some shopping, in their hotel rooms, …

The intimacy of Laure and Michel was put to the test on the road that led us to Winslow, Arizona. In order to complete the portrait that we draw, we decided to question the heroes of our documentary about their lives, their passions, their childhood memories, etc. This double interview was conducted in the car for Laure and at the hotel for Michel. We chose the car because we thought that, absorbed by the road, Laure could better forget the camera and the action of the interview. As for Michel, the interview took place between him and me, only taking the sound. The goal, here, was to complete what we already had from him facing camera and to be able to adjust, complete with his voice off on the images of him on his solar bike.
Some moments were not obvious for me as for them because intimacy remains intimacy and is sometimes difficult to ask and to express.

Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Post a Comment

SECURITE *