Pionnier de la vidéo sur le web en Belgique, Mister Emma se filme en compagnie de ses amis people en format selfie. Depuis 2003, le site misteremma.com a vécu plusieurs vies afin de suivre l’évolution du web comme l’apparition des réseaux sociaux, des smartphones, de Youtube, des applications, etc. Après avoir été un site de vidéos et un site d’information culture-tendance-people, Emma vous présente aujourd’hui ses chroniques personnelles et plus photographiques.

Envie que Mister Emma vienne à votre événement et en parle sur son site ? redaction@misteremma.com

Email Twitter Facebook Instagram Youtube

SOLAR BIKE : De Miami à Chelsea, Oklahoma

Coleman Theater Beautiful – Miami, Missouri – Route 66 – ©misteremma.com

ENGLISH TRANSLATION HEREUNDER
Les journées se suivent et commencent à lourdement se ressembler : lever matinal – petit-déjeuner – ranger tout le matériel dans la voiture – route – tenter de suivre Michel – arriver à l’hôtel – sortir tout le matériel de la voiture – tenter de tout faire rentrer dans la chambre – se mettre à l’ordi pour décharger les cartes et charger les batteries – dormir.

Lorsque nous retournons en arrière et que nous regardons les images, nous voyons que le paysage a déjà fortement changé mais, pour nous, c’est nettement moins flagrant vivant l’évolution au quotidien. Nous devons rester attentif à ne pas être lassé et à se dire que nous avons déjà cette image, ce train, cette vache, cette route car il s’agit en fait à chaque fois d’une situation différente.

Coleman Theater Beautiful – Miami, Missouri – Route 66 – ©misteremma.com

Hier, Charles Duboise du Dairy King nous avait encouragé à visiter le Coleman Theatre Beautiful ce que nous avons fait ce matin. Financé et conçu en 1929 par George Coleman, un magnat local des mines, le théâtre au décor Louis XV criard est certainement l’un des plus emblématiques témoignages architecturals de la grande époque de la Route 66. Au coté des décors « attrapes touristes » que l’on voit un peu partout, cette visite (gratuite) nous aura sorti de notre quotidien, nous aura apporté une touche culturelle… et nous aura aussi sorti de notre sujet. Pas certain que le théâtre se retrouve dans le film mais plutôt dans un reportage Archi Urbain !

Colman’s Cafe – Vinita, Oklahoma – Route 66 – ©misteremma.com

Il était environ 13h lorsque nous avons retrouvé Michel, Laure et Barbara au Colton’s cafe à Vinita. Voici encore un lieu historique et authentique de la Route 66. Créé en 1927 par Grant Clanton, le diner est toujours tenu par les membres de sa famille. Accueil sympathique, repas correct.

Le quotidien s’est vite souvenu de nous après ces deux expériences : la route fut ennuyeuse à souhait jusqu’à notre arrivée à l’hôtel Chelsea Motor Inn où les deux propriétaires de ce tout petit établissement d’à peine 6 chambres nous accueillent avec joie, sourire, bonheur et intérêt pour le solar bike. Les questions ont fusé et Michel a échangé sur son expérience pendant près de 2h. Voici une nouvelle adresse à retenir ! (312 E Layton Street)

Cette rencontre aura généré un grand débat d’idées entre Didier et moi-même sur l’orientation que doit prendre le documentaire. Entre les idées fantasmées de Didier et la réalité des États-Unis et du voyage, il y a un gap qui ne fonctionne pas avec le scénario originel. Nous avons longuement discuté des rencontres que produit Michel durant le périple mais aussi la place des différents protagonistes qui le suivent. Comment leur donner une place, comment les intégrer, comment leur donner un rôle ? Les volontés cinématographiques de Didier et la réalité plus télévisuelle  doivent trouver un point de rencontre que nous devons encore peaufiner avant de présenter un produit fini. Nous avons, en tout cas, décidé de travailler différemment certaines étapes de la journée pour mieux correspondre à la réalité du terrain.

ENGLISH TRANSLATION

The days follow each other and begin to look like each other: get up early – breakfast – put all the equipment in the car – drive – try to follow Michel – arrive at the hotel – take all the equipment out of the car – try everything to enter the room – put the computer on to unload the cards and charge the batteries – sleep.

When we go back and look at the images, we see that the landscape has already changed a lot, but for us, living the evolution daily, it is much less obvious. We must be careful not to be tired and think that we already have this image, this train, this cow, this road because it is in fact each time a different situation.

Yesterday, Charles Duboise of the Dairy King had encouraged us to visit the Coleman Theater Beautiful what we did this morning. Funded and designed in 1929 by George Coleman, a local tycoon of mines, the Louis XV theater is certainly one of the most emblematic architectural testimonies of the great era of Route 66. Beside the « touristic catches  » scenery that we see everywhere, this visit (free) will get us out of our daily lives, will have brought a cultural touch … and will also brought us out of our subject. Not sure that the theater is in the film but rather in a Archi Urbain report!

It was around 1pm when we met Michel, Laure and Barbara at Colton’s cafe in Vinita. Here is another historic and authentic Route 66 place. Created in 1927 by Grant Clanton, dinner is always held by family members. Friendly welcome, correct meal.

Daily life was soon remembered to us after these two experiences: the road was boring until we arrived at the Chelsea Motor Inn where the two owners of this very small establishment of just 6 rooms welcome us with joy, smile, happiness and interest for the solar bike. The questions flared and Michel exchanged on his experience for nearly 2 hours. Here is a new address to remember! (312 E Layton Street)

This meeting will have generated a great debate of ideas between Didier and myself on the orientation that the documentary must take. Between Didier’s fantasized ideas and the reality of the United States and travel, there is a gap that does not work with the original scenario. We spent a lot of time discussing Michel’s encounters during the journey but also the place of the various protagonists who follow him. How to give them a place, how to integrate them, how to give them a role? Didier’s cinematographic wills and the more televisual reality must find a meeting point that we have to refine before presenting a finished product. In any case, we decided to work differently on certain stages of the day to better correspond to the reality on the field.

Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Post a Comment

SECURITE *