C’est en octobre 1982 que le monde découvre ce train gigantesque appelé le Transperceneige qui roule éternellement pour sauver l’humanité suite à un cataclysme climatique. A l’intérieur, les survivants sont parqués selon une hiérarchie très organisée : des wagons dorés en tête où vit l’aristocratie, jusqu’aux wagons des pauvres en fin de convoi. Le roman graphique suit Proloff, un rebelle qui remonte le train afin de comprendre la situation.

Viendront ensuite 3 autres bandes dessinées dans lesquels le lecteur suit un autre point de vue sur ce monde post-apocalyptique. Le Transperceneige II peut faire des arrêts, sortir des rails pour explorer le monde (L’Arpenteur (1999), La Traversée (2000) et Terminus (2015)).

Si Jean-Marc Rochette reste le dessinateur de la série, Jacques Lob n’est plus aux commandes du scénario qui passe aux mains de Benjamin Legrand et de Olivier Bocquet (pour le dernier tome).

Casterman édite à l’heure actuelle une nouvelle série qui revient aux origines de la série mythique. Avec « Extinctions », le lecteur découvre comment un groupe d’écolo-terroristes radicalisés a décidé d’accélérer le processus d’extinction et de déclencher une apocalypse climatique. Un milliardaire visionnaire chinois (inspiré de la figure d’Elon Musk) décide de les contrer. Obsédé par le survivalisme, depuis des années, il s’est préparé au pire scénario catastrophe : il a inventé un moteur autonome qu’il a intégré à une arche de Noé 2.0, Le Transperceneige. Quand la folie des Apocalypsters triomphe, le train est prêt. Au cœur de l’hiver atomique, le compte à rebours de l’ère glaciaire débute et la mission de sauvetage ultime est lancée.

Le dessin n’a pas changé mais le scénario est dorénavant attribué à Matz et Jean-Marc Rochette.

Le tome II de cette nouvelle série est sortie juste au moment du déconfinement suite à la pandémie due à la Covid-19 et je peux vous dire que l’histoire prend une tout autre tournure dans nos mentalités. Le coronavirus prend des airs de petites farces face aux défis du Transperceneige mais notre conscience se dit que cela peut tout à fait être possible et qu’il n’est plus à reléguer uniquement à la section science-fiction !

Pour les fans de cette histoire, rappelons que la bande dessinée fut adaptée au cinéma par Bong Joon-ho en 2013 sous le nom de « Snowpiercer, le Transperceneige » (설국열차) et qu’elle fut adaptée en série (« Snowpiercer« ) de 10 épisodes pour la chaîne TNT en 2020. La série est visible en Belgique et en France sur la plateforme Netflix depuis le 25 mai 2020. La deuxième saison est en préparation.

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email