Antoine de Maximy et moi-même avons démarré notre carrière caméra au poing plus ou moins à la même époque. Nous sommes en 2003. J’avais tenté de porter mon concept sur MCM Belgium qui avait fini par le refuser. En décidant de diffuser alors mon produit sur le web dès octobre 2004, je suis devenu pionnier de la vidéo sur internet. Antoine de son côté a eu plus de chance en télé et son concept « J’irai dormir chez vous » a trouvé échos auprès de Canal + (Voyage – Juillet 2005) puis sur France Télévisions (France 5 – décembre 2006).

17 ans plus tard, misteremma.com a fortement dévié de sa trajectoire, la preuve en est que vous lisez actuellement un article au lieu de regarder une vidéo avec ma tronche. Antoine de Maximy a initié des petits pousses comme l’émission « Nus et Culottés » qui reprend son concept de caméras embarquées, émission qui est produite par la même boite parisienne que la sienne, Bonne Pioche.

Ce n’est pas la première fois, qu’il porte son concept au cinéma. La première fut en 2008 avec « J’irai dormir à Hollywood« , un film qui a réalisé 215.408 entrées en France et qui fut nommé aux César en 2009 dans la catégorie Meilleur film documentaire, s’en est suivi deux autres projets de longs mais pour la télé (J’irai dormir à Bollywood – 2011 / J’irai dormir chez l’homme qui brûle – 2014).

Ce projet actuel, J’irai mourir dans les Carpates est bien différent car il mêle, pour la première fois, des séquences cinéma avec une aventures caméras embarquées.

L’histoire commence par un banal accident de voiture sur une route montagneuse des Carpates. La voiture d’Antoine de Maximy a été emportée dans une rivière et son corps n’a pas été retrouvé. Le matériel et les images du globe-squatteur sont rapatriés à Paris. Agnès, la monteuse de la série, (Alice Pol) décide de terminer ce dernier épisode. Après avoir visionné les images, elle s’attaque au montage du film mais des détails attirent son attention. Petit à petit le doute s’insinue et une enquête policière s’engage.

Le film d’Antoine de Maximy est intéressant à plus d’un titre :

  1. il parvient à intégrer deux univers qui semblent incompatibles. Et ça fonctionne ! Le spectateur est tenu en haleine et l’enquête se mène de manière très naturelle.
  2. il rend un vibrant hommage à un métier de l’ombre : le montage. Tout y a décrit : la pénibilité du travail; la précision de l’oeil de l’expert.e qui scrute l’image, le moment, la parole importante; le talent de raconter une histoire par un découpage ciselé et sans remord pour la perte de la belle image au profit de celle qui raconte une histoire.

L’histoire est légère et agréable à regarder, c’est un film policier. Alice Pol rayonne à l’écran et porte le film de bout en bout avec son sourire, avec son talent, avec son montage.

Fiche technique
Titre : J’irai mourir dans les Carpates
Réalisation : Antoine de Maximy
Avec : Antoine de Maximy, Alice Pol, Max Boublil
Genre : Comédie, Thriller
Pays : France
Date de sortie : 16/09/2020 (Belgique – France)
Durée : 1h36

Affiche du film « J’irai mourir dans les Carpates » de Antoine de Maximy
Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email