Duo de comiques et de bons mots pour inaugurer les César. Antoine de Caunes est à nouveau le maître de la cérémonie et le président de cette année n’est autre que Jamel Debbouze. Omar Sy perturbe la soirée avec son rire qu’on entend de loin… Manu Payet cartonne dans son sketch hommage à Kevin Costner. Gérard Depardieu et Vincent Maraval sont les cibles des vannes faciles de la soirée. Antoine de Caunes osera dire à Romain Winding venu sur scène pour prendre son prix : « Monsieur, il ne faut pas se gratter les fesses en remerciant »…

Moments émotions : la remise d’un César d’Honneur à l’invité américain de cette année, Kevin Costner aura ému l’assemblée et les téléspectateurs par son discours. Le second moment fort de la soirée sera le standing ovation pour acclamer Emmanuelle Riva (85 ans) lauréate du César de la Meilleure actrice.

Le grand gagnant de la soirée sera Michaël Haneke avec « Amour » avec 5 prix dont tous les principaux : le meilleur réalisateur, la meilleure actrice évidente pour Emmanuelle Riva, le meilleur acteur tout aussi évident à Jean-Louis Trintignant et le meilleur film ! Il est suivi de Jacques Audiard avec son film « De Rouille et d’Os » (4), et par l’Adieu à la Reine (3). Le grand perdant « Camille Redouble » malgré 13 nominations est reparti bredouille.

Par un jeu de coproduction minoritaire, la Belgique est heureuse d’annoncer 6 César : les 4 De Rouille et d’Os dont celui qui fait certainement le plus plaisir le Meilleur espoir masculin pour Matthias Schoenaerts + le Meilleur film d’animation (Ernest et Célestine) + Après un Magritte, « Le cri du homard » de Nicolas Guiot reçoit le César du meilleur court métrage. Une soirée complètement orientée vers la Belgique (Effet Depardieu ?) car même Jean-Louis Trintignant est au téléphone en direct… du plat pays !
Par contre, il est 22h20 lorsque Argo de Ben Affleck rafle le prix du meilleur film étranger ne donnant aucune chance à Joachim Lafosse et son film A Perdre la raison. Même remarque pour Jérémie Renier face à Trintignant.

Le premier ministre belge, Elio Di Rupo, félicite via Twitter Matthias Schoenaerts, en bilingue au cas où il n’aurait pas compris Van harte gefeliciteerd Matthias Schoenaerts!

Capture d’écran 2013-02-22 à 22.29.45

Le Mariage pour tous se sera, également, invité à la Cérémonie et pas seulement grâce au prix de Sébastien Lifshitz pour son documentaire « Les Invisibles ».

La soirée aura été finalement longue : Kevin Costner semble s’être endormi à in moment donné

Mais les lauréats, même les absents, sont contents comme Michaël Haneke sur son Twitter qui fêtera sa victoire demain avec un… croissant !

Capture d’écran 2013-02-22 à 22.56.26

Les lauréats pour les César 2013 sont :
Meilleur film
« Les adieux à la reine » de Benoit Jacquot
« Amour » de Michael Haneke (lauréat)
« Camille redouble » de Noémie Lvovsky
« Dans la maison » de François Ozon
« De rouille et d’os » de Jacques Audiard
« Holy Motors » de Léos Carax
« Le Prénom » de Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte

Meilleur réalisateur
Jacques Audiard pour « De Rouille et d’os »
Stéphane Brizé pour « Quelques heures de printemps »
Léos Carax pour « Holy Motors »
Michael Haneke pour « Amour » (lauréat)
Benoît Jacquot pour « Les adieux à la reine »
Noémie Lvovsky pour « Camille Redouble »
François Ozon pour « Dans la maison »

Meilleure actrice
Marion Cotillard pour « De Rouille et d’os »
Catherine Frot pour « Les Saveurs du palais »
Noémie Lvovsky pour « Camille Redouble »
Corinne Masiero pour « Louise Wimmer »
Emmanuelle Riva pour « Amour » (lauréat)
Léa Seydoux pour « Les adieux à la reine »
Hélène Vincent pour « Quelques heures de printemps »

Meilleur acteur
Jean-Pierre Bacri pour « Cherchez Hortense »
Patrick Bruel pour « Le Prénom »
Denis Lavant pour « Holy Motors »
Vincent Lindon pour « Quelques heures de printemps »
Fabrice Luchini pour « Dans la maison »
Jérémie Renier pour « Cloclo »
Jean-Louis Trintignant pour « Amour » (lauréat)

Meilleure actrice dans un second rôle
Valérie Benguigui pour « Le Prénom » (lauréat)
Jeanne Chemla pour « Camille Redouble »
Isabelle Huppert pour « Amour »
Yolande Moreau pour « Camille Redouble »
Edith Scob pour « Holy Motors »

Meilleur acteur dans un second rôle
Guillaume de Tonquédec pour « Le Prénom » (lauréat)
Samir Guesmi pour « Camille Redouble »
Benoit Magimel pour « Cloclo »
Claude Rich pour « Cherchez Hortense »
Michel Vuillermoz pour « Camille Redouble »

Meilleure espoir féminin
Lola Dewaere pour « Mince alors ! »
Alice De Lencquesaing pour « Au galop »
Izia Higelin pour « Mauvaise fille » (lauréat)
Julia Faure pour « Camille redouble »
India Hair pour « Camille redouble »

Meilleur espoir masculin
Felix Moati pour « Télé Gaucho »
Kacey Mottet Klein pour « L’enfant d’en HAut »
Pierre Niney pour « Comme des frères »
Matthias Schoenaerts pour « De Rouille et d’os » (lauréat)
Ernst Umhauer pour « Dans la maison »

Meilleur scénario
Bruno Podalydès et Denis Podalydès pour « Adieu Berthe »
Noémie Lvovsky, Florence Seyvos, Maud Ameline et Pierre-Olivier Mattei pour « Camille redouble »
Michael Haneke pour « Amour » (lauréat)
Léos Carax pour « Holy Motors »
Florence Vignon et Stéphane Brizé pour « Quelques heures de printemps »

Meilleure adaptation
Lucas Belvaux pour « 38 témoins »
Gilles Taurand et Benoît Jacquot pour « Adieux à la reine »
François Ozon pour « Dans la maison »
Jacques Audiard et Thomas Bidegain pour « De rouille et d’os » (lauréat)
Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière pour « Le Prénom »

Meilleure musique
Bruno Coulais pour « Adieux à la reine »
Gaëtan Roussel et Joseph Dahan pour « Camille redouble »
Philippe Rombi pour « Dans la maison »
Alexandre Desplat pour « De rouille et d’os » (lauréat)
Rob et Emmanuel d’Orlando pour « Populaire »

Meilleur film étranger
« Argo » de Ben Affleck (lauréat)
« Bullhead » de Michaël R. Roskam
« Laurence Anyways » de Xavier Dolan
« Oslo, 31 Aout » de Joachim Trier
« La part des anges » de Ken Loach
« Royal Affair » de Nikolaj Arcel
« A perdre la raison » de Joachim Lafosse

Meilleur premier film
« Augustine » d’Alice Winocour
« Comme des frères » d’Hugo Gélin
« Louise Wimmer » de Cyril Mennegun (lauréat)
« Populaire » de Régis Roinsard
« Rengaine » de Rachid Djaïdani

Meilleure photographie
Romain Winding pour « Les Adieux à la reine » (lauréat)
Darius Khondji pour « Amour »
Stéphane Fontaine pour « De rouille et d’os »
Caroline Champetier pour « Holy Motors »
Guillaume Schiffman pour « Populaire »

Meilleur montage
Luc Barnier pour « Les Adieux à la reine »
Monika Willi pour « Amour »
Annette Dutertre et Michel Klochendler pour « Camille redouble »
Juliette Welfling pour « De rouille et d’os » (lauréat)
Nelly Quettier pour « Holy Motors »

Meilleurs décors
Katia Wyszkop pour « Les Adieux à la reine (lauréat)
Jean-Vincent Puzos pour « Amour
Philippe Chiffre pour « Cloclo
Florian Sanson pour « Holy Motors
Sylvie Olivé pour « Populaire

Meilleurs costumes
Christian Gasc pour « Les Adieux à la reine » (lauréat)
Pascaline Chavanne pour « Augustine »
Madeline Fontaine pour « Camille redouble »
Mimi Lempicka pour « Cloclo »
Charlotte David pour « Populaire »

Meilleur son
Brigitte Taillandier, Francis Wargnier et Olivier Goinard pour « Les Adieux à la reine »
Guillaume Sciama, Nadine Muse, Jean-Pierre Laforce pour « Amour »
Antoine Deflandre, Germain Boulay, Eric Tisserand pour « Cloclo » (lauréat)
Brigitte Taillandier, Pascal Villard et Jean-Paul Hurier pour « De rouille et d’os »
Erwan Kerzanet, Josefina Rodriguez et Emmanuel Croset pour « Holy Motors »

Meilleur film d’animation
« Edmond était un âne » de Franck Dion
« Ernest et Célestine » de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier (lauréat)
« Kirikou et les hommes » et les femmes de Michel Ocelot
« Oh Willy » de Emma de Swaef et Marc Roels
« Zarafa » de Rémi Bezançon et Jean-Christophe Lie

Meilleur film documentaire
« Bovines ou la vraie vie des vaches » d’Emmanuel Gras
« Duch, le maître des forges » de l’enfer de Rithy Panh
« Les Invisibles » de Sébastien Lifshitz (lauréat)
« Journal de France » de Claudine Nougaret et Raymond Depardon
« Les Nouveaux Chiens de garde » de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat

Meilleur court-métrage
« Ce n’est pas un film de cow-boys » de Benjamin Parent
« Ce qu’il restera de nous » de Vincent Macaigne
« Le cri du homard » de Nicolas Guiot (lauréat)
« Les meutes » de Manuel Schapira
« La Vie parisienne » de Vincent Dietschy

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email