L’emblématique appel à projets de la RTBF pour les webséries qui a vu naître Euh (2015), Burkland (2016), La théorie du Y (2017) et Boldiouk & Bradock (2019), dévoile aujourd’hui les cinq projets retenus pour la deuxième phase de la compétition.

Chaque projet va maintenant pouvoir créer une maquette de 6 minutes pour convaincre un jury de produire sa série de 6 x 15 minutes. 

Les équipes de production vont désormais s’atteler à l’écriture de la version définitive du scénario de leur maquette, la recherche des comédiens et des lieux. En raison de la crise sanitaire, l’échéance de livraison des maquettes a été repoussée au 5 octobre 2020. Rendez-vous à l’automne pour découvrir le projet lauréat ! 

En attendant, découvrez les cinq projets retenus de cette 5e cuvée : 

JACKY & LINDSAY : Le road-trip romantique 

Suite à une explosion de gaz dans leur appartement, Jacky et Lindsay perdent tout. Démunis, ils décident de prendre la route et de fuir leur immuable condition. Lindsay, enceinte de sept mois et demi, conduit une camionnette à gaufres dans laquelle elle et son mec en chaise roulante sillonnent la Belgique dans un road-trip rocambolesque à la rencontre de personnages hauts en couleurs. Premier stop : Charleroi. En contraste avec le paysage gris et industriel, leur vie semble rayonnante et romantique. Comme des gamins espiègles, ils font un resto-basket et se sentent enfin libres et plein d’espoir comme le jour où ils se sont connus, vingt ans plus tôt. Surgit à leur esprit le souvenir d’une famille modèle qui habitait la plus belle caravane du camping et que tous deux admiraient. Gamins, ils passaient leur temps à contempler cette famille si différente de leur entourage déstructuré. Déjà à l’époque, ils rêvaient d’être comme eux. Aujourd’hui, ils essayent de reprendre la route mais n’ont plus d’essence. Ce qui les amène à frapper à la porte d’une villa non loin de Dour. Là, ils rencontrent un gamin aux allures d’adulte qui leur rappelle que le chemin vers la parentalité est encore long. C’est aussi à ce moment-là qu’ils découvrent à la télévision que la police les recherche suite aux dégâts causés par l’explosion de leur appartement. Ils mettent alors le cap sur le vieux camping de Coxyde, mais tombent sur un contrôle de police. Lindsay simule des contractions pour détourner l’attention d’un policier masculiniste, le sosie de Nacer Chadli. À nouveau sur la route, la situation instable de cette nouvelle vie fait grandir les tensions entre eux. À Courtrai, leurs chemins se sépare le temps d’une journée. Alors que Lindsay tente de trouver des réponses auprès de deux bonnes soeurs dans un béguinage, Jacky, de son côté, tombe par hasard sur une sage-femme alcoolique à la retraite qui ne le quittera plus. A travers la distance qui les sépare, Jacky et Lindsay comprennent qu’ils ont besoin l’un de l’autre pour être plus fort. À nouveau réunis, ils se rendent au camping où ils retombent sur la famille modèle de leurs souvenirs, toujours nichée dans leur caravane beaucoup moins resplendissante qu’à l’époque. Arrivés si près du but, Lindsay perd les eaux et plusieurs patrouilles de police débarquent. Jacky, Lindsay et la sage-femme entrent de force dans la caravane et provoquent, malgré eux, une prise d’otage. C’est dans cette ambiance apocalyptique que le nouveau-né du couple voit le jour, comme une lueur d’espoir dans ce paysage chaotique. Prise d’affection, la famille jadis idolâtrée finira par aider les jeunes parents à se faire la malle à bord de leur bateau à moteur vers un avenir meilleur… ou bien pire ? 

L’équipe du projet : Martin Goossens (auteur, comédien), Mathilde Mosseray (autrice, comédienne), Michiel Blanchart (réalisateur) et Peggy Power Productions (Production). 

LA CLAQUE : La dramédie sur fond de slam 

Quelle claque ! 
Personne n’a rien remarqué. Voilà cinq jours que le voisin du 3ème est mort et aucun des habitants du 20 rue du Fort ne s’en est aperçu. Sous le choc, Angela, la jeune slameuse du 2ème, organise un atelier slam à sa mémoire, atterrée par le manque de communication qui règne dans l’immeuble.Ils sont cinq à répondre à l’invitation : un chauffeur Uber, un ado fan de rap, une esthéticienne, une mère en burn out, une mamy rebelle. Hormis leur adresse postale, ils n’ont vraiment rien en commun. Et le premier atelier, c’est la cacophonie ! Mais c’est sans compter sur Simone, la mamy du groupe, qui les bluffe avec un texte bouleversant qui dévoile une face cachée de sa personnalité… 
 
Au fil des ateliers, les liens se resserrent et des amitiés inattendues naissent. L’énergie d’Angela contamine le groupe. Chacun apprend à livrer un bout de soi dans un slam sincère et percutant. Unslam qui parle d’une claque de leur passé. Une claque réveillée par le suicide de leur voisin. Une claque inattendue, drôle ou poignante. La Claque est une dramédie sur le slam, la résilience et la joie d’être ensemble. Chaque épisode de la websérie met un des personnages à l’honneur, racontant le récit de son point de vue, nous invitant à découvrir son intimité, la claque qu’il a vécue et la raison de sa présence à l’atelier slam. 

L’équipe du projet : Joy (autrice, comédienne), Etienne Bloc (auteur), Sophie-Clémentine (autriceet réalisatrice), Big Trouble in Little Belgium (Production). 

SIRE ARNAULT : Un duo atypique pour surmonter le deuil

Depuis le suicide de son frère aîné, Leila, une adolescente de 14 ans, se retrouve coincée avec un ami imaginaire très encombrant. Cet  » ami  » c’est Sire Arnault, un chevalier noble, bavard, pataud et ridicule qui l’entraine dans tout un tas de quêtes plus absurdes les unes que les autres. Des quêtes qui font écho au deuil que vit Leila et qu’elle va devoir toutes accomplir si elle espère se débarrasser un jour du Chevalier. Série tragi-comique, Sire Arnault nous raconte le cheminement difficile d’une jeune fille et de sa famille face au deuil au travers de ses interactions avec le personnage rocambolesque qu’est le chevalier imaginaire et des quêtes qu’il lui impose. Au travers de ces quêtes mêlant notre réalité à l’imaginaire, Leila va avancer pas à pas dans son deuil. C’est au travers de cet équilibre entre humour et profondeur et de l’utilisation de l’irréel comme outil de visualisation des épreuves du personnage principal que la série présente de manière légère un chemin de vie depuis son épisode le plus sombre, jusqu’à sa résolution. 

L’équipe du projet : Gaëtan Delferière (auteur), Salvatore Di Bennardo (auteur), Gabriel Condé (réalisateur), What The Fun Production (Production) 

SPLIT : Un thriller en split-screen

Qui dit split-screen, dit double narration : une à gauche, une à droite. 

GAUCHE :  
Ella et Cannelle, deux jeunes amies, pénètrent un soir dans un bar de Bruxelles. Le bar est désert à l’exception de deux hommes, le gérant et Thomas, un garçon en apparence doux et avenant. Mais rapidement, Cannelle abandonne son amie sans la prévenir. C’est le début du cauchemar pour Ella. Seule dans le bar, prise au piège de deux prédateurs sexuels, elle ne pourra compter sur personne : ni sur un voisin attiré par le bruit, ni sur les passants incrédules, et encore moins sur cet homme sinistre venu prendre des photos de l’agression pour son plaisir. Au terme d’une nuit de terreur, Ella parvient à blesser le gérant du bar et, poussée à la folie, elle assassine Thomas avant de s’enfuir dans la nuit. Mais ce dernier est policier. Craignant de se rendre au commissariat, se sentant trahie et abandonnée par tous, Ella élabore un plan pour se venger méthodiquement de toutes les personnes responsables de son calvaire. 

DROITE : 
Dès le lendemain, Ella passe à l’action. En appliquant à chaque fois un châtiment comparable à ce qu’elle a subi, Ella exerce sa vengeance sur Cannelle pour l’avoir abandonnée, puis sur les voisins pour n’être pas intervenus, sur le photographe qui a tiré profit de sa détresse, sur le badaud qui ne l’a pas crue dans la rue et sur le gérant du bar pour sa complicité criminelle. Mais ce cycle de vengeances consume Ella à petit feu, qui peine à poursuivre son plan et souffre de ce qu’elle fait subir aux coupables. Tandis que l’étau de la police se resserre autour d’elle, sa propre culpabilité l’anéantit peu à peu. 

L’équipe du projet : Mehdi Bayad (auteur), Gabriel Balaguera (réalisateur), Les invités Productions (Production). 

YIPPIE YO x YIPPIE YAY : Le mockumentary sur le rap belge

Qui sont vraiment Davis et Pennington, les petits princes mal aimés du rap belge ? Pourquoi n’ont-ils pas percé ? Que reste-t-il de leur style aujourd’hui ? Pour son premier film, la jeune Marine a décidé de répondre à ces questions en réalisant une série-docu-mentaire sur ses deux héros : Florent, son grand frère, et Bénédicte, son meilleur ami, aka Davis et Pennington, duo de rappeurs bruxellois qui se sont lancés en 2015 à l’époque de l’essor du rap belge, mais qui n’ont jamais rencontré le succès tant escompté. C’est ce projet que nous allons vous présenter, pour leur rendre hommage en révélant leur histoire, trop méconnue du grand public. Car si Marine a voulu faire cette série documentaire sur eux, c’est parce qu’ils sont restés sa source d’inspiration : malgré leurs échecs, ces deux magnifiques loosers ont toujours voulu poursuivre leurs rêves, animés d’une incroyable passion, et n’ont jamais voulu renoncer. Vous découvrirez ainsi l’histoire de leur amitié, et toutes les étapes de la création de leur premier EP : Yippie Yo, Yippie Yay. Vous apprendrez tout sur leur première visite chez Sony Music et leur recherche d’un beat-maker ; leurs déboires face à l’écriture de leurs premiers textes et le secret de leur flow si particulier, transmis par l’ancien orthophoniste de Pennington. Vous revivrez les grands moments d’un tournois de battle de rap auquel ils ont participé, les menant vers leur premier succès, notamment grâce au fameux clash qui les a opposé ; mais aussi leur relooking et les coulisses du clip de leur chanson  » Sur les quais de la gare de Profond-sart « . Vous saurez tout sur la révélation de leur rêve à leurs proches, grâce aux images encore jamais vues de leur prestation lors du mariage du frère de Pennington ; vous pourrez aussi replonger dans la soirée de release d’un rappeur célèbre au Recyclart, qui marqua également la sortie ratée de leur EP. Vous vivrez leurs doutes et la tempête qu’a traversé leur amitié, et serez émus de leur réconciliation lors d’une session radio inoubliable ; enfin, vous comprendrez tout sur la genèse du plus gros clash que le rap belge ait connu à ce jour. Mais surtout, vous connaîtrez la véritable histoire du duo Davis et Pennington et des jeunes garçons qui se cachent derrière ces pseudonymes. YY est un faux-documentaire qui mélangera des images filmées par Marine en 2015 lorsqu’elle a suivi le duo pendant la création de leur EP, des images d’archives (évènements officiels, archives familiales, etc.) ; mais aussi des interviews de personnes ayant croisé le chemin des deux rappeurs à l’époque (rappeurs, familles, simples inconnus croisés pendant leur parcours), celles-ci filmées par Marine en 2020. 

L’équipe du projet : Marie Glichitch (autrice et réalisatrice), Emilien Vekemans (auteur), Brussels Video Crew (Production).

Partagez avec vos amis !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email