Donc, si je comprends bien : une châtelaine faisant de la politique depuis sa plus tendre enfance grâce à son père critique un type parce qu’il a bossé dans une banque. OK !
Elle le critique car il fait partie d’un système.
Lequel ?
Celui des puissants, c’est ça ? Mais ne prend-elle son gros salaire de députée européenne chaque mois tout en critiquant cette saloperie d’Europe qu’elle aimerait voir s’effondrer. Notons au passage que le Parlement européen (son employeur donc) évalue à près de 5 millions d’euros son préjudice potentiel pour les salaires qui auraient été versés frauduleusement à des assistants d’eurodéputés de son parti politique entre 2012 et 2017.

Passons.

Capture écran – France 2 Marine Le Pen – Débat2017

Lors d’un débat télévisé, la candidate à la plus haute fonction de l’État français avait oublié le contenu de son programme, oublié de préparer une carte blanche et une conclusion, elle a passé son temps à invectiver son adversaire, à rire nerveusement, à imiter un tapis volant tout en demandant au vilain banquier de se calmer. Elle a confondu SFR et General Electric, s’est emmêlée les pinceaux dans son explication sur l’euro et l’Ecu alors qu’elle martelle à tous ses meetings que l’euro est l’origine du mal.

Petit aparté : elle est persuadée que lorsque la France aura quitté la zone Euro, l’ensemble des européens seront contents de revenir à leur monnaie nationale. Mais non ! Sachez, que pour ma part, je suis ravi de vivre avec l’euro et pour rien au monde je ne donnerais mon aval pour revenir au passé. La Belgique est un pays fondateur, avec le Grand-Duché du Luxembourg et les Pays-Bas, de cette harmonie du vivre ensemble et nous en sommes fiers.

Lors du même débat télévisé, elle a (et a continué le lendemain) insinué que son adversaire (l’ancien vilain banquier aux mains des puissants et aux mains de François Hollande) ait un compte off shore au Bahamas. Une fake news démontée par Nicolas Vanderbiest, un chercheur belge, qui a retracé toute l’évolution de la rumeur pour arriver en Russie, pays où la Dame vante les mérites de son chef Poutine.

Lorsqu’on lui demande son avis sur le débat en question (que tout le monde qualifie de non-débat), elle répond qu’il faut bouger les codes ! Euh… Oui, enfin, empêcher de débattre sur le fond en faisant et en disant n’importe quoi (Le Monde a compté 19 intox), ce n’est pas bouger les codes. Tout comme copier-coller un discours d’un concurrent n’est pas un clin d’oeil (version du lendemain matin) ou un buzz (version du soir) pour faire parler de soi, c’est juste se ridiculiser. Non ?

A moins que je n’ai rien compris à toute ça, que toutes les infos que je viens d’énumérer soient complètement fausses (et je ne parle pas des étrangers, des frontières qu’elle veut fermer, du protectionnisme made in France qu’elle veut promouvoir tout en achetant les t-shirts vendus à ses meetings au Bangladesh, …), je ne comprends donc pas comment 40% des français donnent encore leur bulletin de vote à cette dame ou s’abstiennent car ils ont peur du vilain banquier de 39 ans.

Quelqu’un peut-il m’expliquer !?!


Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone