Pionnier de la vidéo sur le web en Belgique, Mister Emma se filme en compagnie de ses amis people en format selfie. Depuis 2003, le site misteremma.com a vécu plusieurs vies afin de suivre l’évolution du web comme l’apparition des réseaux sociaux, des smartphones, de Youtube, des applications, etc. Après avoir été un site de vidéos et un site d’information culture-tendance-people, Emma vous présente aujourd’hui ses chroniques personnelles et plus photographiques.

Envie que Mister Emma vienne à votre événement et en parle sur son site ? redaction@misteremma.com

Email Twitter Facebook Instagram Youtube

SUMMERLAB (1) : Mister Emma se fait un film

A l’occasion du SoFilm Summercamp 2016 qui s’est tenu en juin dernier à Nantes, j’ai créé mon propre summerlab. Le scénario de ce «court métrage» a été démarré avec Gilbert Melki et s’est poursuivi avec les invités du festival. Un scénario un peu fou et très drôle s’est peu à peu construit. Je vous invite à le découvrir en cliquant sur le lien ci-dessus.

avec
Gilbert Melki
acteur (La vérité si je mens)

Vincent Lacoste
acteur (Victoria de Justine Triet)

Damien Bonnard
acteur (Rester Vertical d’Alain Guiraudie)

Sledge Dalligo Presley
acteur (Destin Masqué de François Aunay)

Hafid F. Benamar
acteur (4-4-2, une mini série SoFoot)

Franck Annese
Direction éditoriale, SoFilm

Benoît Delépine
réalisateur (Saint Amour)

Julia Ducournau
réalisatrice (Grave)

Serge Bozon
réalisateur (Tip Top)

D’où vient l’idée de ce summerlab ?

Tout a démarré assez bêtement, je devais faire une interview avec l’acteur Gilbert Melki et il se trouve qu’elle s’est organisée alors qu’il prenait un verre au bar de l’espace culturel Stéréolux (Nantes). Et, là, je lui ai demandé ce que nous allions boire et très vite l’idée de créer un scénario s’est construit dans ma tête. Après, je savais que j’avais d’autres interviews et j’ai embrayé. L’engouement des invités du SoFilm Summercamp a fait le reste. Je suis très excité par cette idée. Elle répond à de nombreuses questions que je me pose sur l’avenir de mes vidéos.

Pourquoi avoir donné le nom « summerlab » à cette production ?

Lors de la seconde édition du SoFilm Summercamp, j’ai assisté à des lectures de scénarios développés lors des résidences d’écriture de courts métrages que le magazine avait organisées en amont de son festival en collaboration avec Canal+ et le CNC. Ces scénarios ont été lus par différentes personnalités comme Melvil Poupaud, Clémence Poésy, Anne Alvaro, Vincent Lacoste, Gilbert Melki, Damien Bonnard, India Hair, Serge Bozon et Vimala Pons. La lecture était soutenue par des illustrations et par de la musique à divers moments clés de l’histoire.
Cette partie du programme s’appelait SoFilm Summerlab, j’ai donc tout simplement repris le nom « summerlab » pour nommer ma production. Et fait marquant, le laboratoire mis en place par le magazine était basé sur le film de genre et plus précisément sur le fantastique en 2016. Et si vous écoutez bien la vidéo jusqu’au bout, vous verrez que la réalisatrice Julia Ducournau encre parfaitement l’histoire dans le genre en transformant « Julien le Perse » en robot.

Cela veut-il dire qu’il y aura d’autres épisodes ?

Je ne sais pas encore. C’est une première expérience. Elle répond en tout cas à mon envie de faire autre chose avec les personnalités que j’interview. Depuis plusieurs années, j’avais envie de créer des sketchs avec les people mais c’est toujours très compliqué car je les rencontre principalement lorsqu’ils sont en promo. Cette manière de procéder me permet de sortir des sentiers battus, de ré-inventer ma relation que j’ai avec eux, de continuer à délirer tout en créant du contenu, de fidéliser un public au travers non pas d’un people mais d’une histoire. J’ai très envie que l’internaute revienne en se disant « où vont-ils encore m’emmener cette fois-ci !?« .
Lors du Mister Emma Art Loft, j’avais imaginé une histoire de meurtre dans la salle-de-bain (!), les people qui passaient par ce lieu éphémère que j’avais créé en novembre 2014 au centre ville de Bruxelles poursuivaient cette histoire dans un cahier qui était mis à leur disposition. Des années plus tôt, j’avais déjà eu une idée similaire lors du festival de Cannes, ça s’appelait d’ailleurs « Meurtre à Cannes« . Comme quoi, ce cadavre exquis me hante depuis longtemps. Sa mise-en œuvre version « summerlab » me plait assez fort. On verra ce qu’elle donnera dans les prochains mois…


Partagez avec vos amis !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Comments

Post a Comment